Love Above All - T2 : Le véritable amour

Dernière mise à jour : sept. 14


Résumé :


Alésia est une étudiante qui adore faire la fête, indépendante et travailleuse acharnée. Peu après avoir commencé son stage dans un cabinet d’avocats réputé, sa vie s’écroule petit à petit. Suite à des problèmes professionnels et personnels, elle sombre dans un stress et dans la dépression, éloignant d’elle tout son entourage, résolue à s’en sortir seule.


Réussira-t-elle à surmonter toutes ces épreuves seule ?


Alper a tout pour être heureux : une entreprise florissante, un travail qu’il adore, des amis sur qui compter, et il ne manque jamais de femmes dans son lit.

Un soir, alors qu’il chasse sa nouvelle proie, il reçoit des nouvelles d’une ancienne étudiante avec qui il a passé une nuit mémorable. Incapable de se la sortir de la tête, il est ravi de pouvoir la revoir.

Malheureusement, la femme qu’il retrouve est loin de ressembler à la pétillante brune qu’il a connue, un an plus tôt.


Que lui est-il arrivé ? Que cache-t-elle pour avoir perdu toute sa joie de vivre ?


Décidé à en savoir plus, il va, malgré elle, s’imposer dans sa vie.


Les retrouvailles entre ces deux-là, totalement fermés à l’amour, sont-elles un coup du destin ? Pourront-ils enfin connaître le bonheur ?

BookTrailer :


Extraits :


Extrait 1 :

— Laisse, Alésia. Je la ferai demain.

— C’est bon, c’est rapide. Dépose ton assiette dans l’évier. Tu n’as qu’à faire ta vie.

Je m’exécute, puis je la prends au mot. Je me positionne derrière elle, plaquant mon sexe dur contre ses fesses, lui montrant l’effet qu’elle me fait, et je l’enlace avec tendresse.

— Qu’est-ce que tu fais ? demande-t-elle, choquée et tendue.

— Je t’obéis. Je fais ma vie. Laisse-moi rester comme ça le temps que tu termines, réponds-je en lui caressant le ventre.

— Je t’ai dit que je ne coucherai pas avec toi.

— Ce n’est pas parce qu’on ne couche pas ensemble que je ne peux pas prendre soin de toi. Tu as besoin que quelqu’un s’occupe un peu de toi, au moins cette nuit.

J’enfouis mon nez dans ses cheveux et respire son odeur. Je ne pensais pas qu’elle m’avait manqué.

— Fais comme tu le souhaites.

J’approche ma bouche de son oreille percée, arborant une boucle d’oreille en forme de fleur et lui murmure :

— Oui. Je fais ce que je veux.

Une fois terminé, elle se retourne, et me repousse. Je souris, j’aime la voir se rebeller. Je lui plais toujours autant. J’ai remarqué son regard, lorsque j’ai ouvert la porte d’entrée. Mais, elle ne l’admettra pas. Je l’emmène à travers l’appartement pour rejoindre ma chambre à l’étage. J’ai envie d’elle, c’est flagrant, elle le sait.


Extrait 2 :

— J’étais d’accord pour ne pas te toucher, hier. Ce matin, c’est différent. Surtout en te sachant aussi mouillée pour moi. Tu ne vas pas t’en tirer facilement.

— Qui te dit que c’est toi qui me fais cet effet ?

Pour toute réponse, Alper grogne et me mord le cou. Fort. Je crie de douleur, de plaisir. Mon sexe se resserre autour de son doigt. Je halète. Il en rajoute deux autres, les recourbe pour toucher mon point G. J’aime les sentir en moi, faire des va-et-vient. Il continue de me caresser tout en me fixant. Il me dévore du regard. Alper approche sa bouche de ma poitrine, la pose sur mon sein et commence à sucer mon téton dressé pour lui, à travers le t-shirt. Il le mordille, d’abord en douceur, puis plus fort, et m’arrache un cri. Je m’agrippe à son bras accoudé sur le lit, ma respiration s’accélère, je ne vais pas tarder à jouir.

— Alper…

— Non, ma belle, je t’ai dit comment je voulais que tu m’appelles.

Il retire ses doigts, alors que j’allais atteindre un lieu agréable. Frustrée qu’il se soit arrêté, je lui renvoie un regard noir, les dents serrées.

— Argh ! Tu me saoules ! Je veux jouir ! Reprends !

Il porte les doigts – qui étaient plus tôt dans mon sexe – à sa bouche. Il les lèche en me contemplant. Cette vision m’excite tellement. J’ai la gorge sèche. J’humidifie mes lèvres avec ma langue. Mon sexe réclame satisfaction. Mon cœur bat la chamade. Je veux qu’il termine ce qu’il a commencé. Son regard est sombre lorsqu’il finit de lécher le dernier.

Je l’ai énervé.


Extrait 3 :

La sonnerie signalant l’arrivée de notre étage me ramène à l’instant présent. Je relâche sa mèche et nous sortons de la cabine.

— Bien sûr, une unique chambre… lance Alésia derrière moi.

Je souris.

Évidemment que j’en ai pris qu’une. Je veux te baiser de toutes les façons possibles et imaginables.

— Je t’ai emmenée ici pour que tu te détendes et te reposes, mais également afin qu’on apprenne à se connaître. Tu m’as bien dit que tu en avais envie l’autre fois ? Quoi de mieux que de passer quarante-huit heures non-stop ensemble ?

— Tu crois pouvoir me supporter autant de temps ?

— J’ai supporté Loan avec son caractère pourri ; Seiren en mode déprime et manque d’Oria. Tu ne peux pas être pire à toi seule.

— Pas faux. Je te remercie, mais…

— Pas de mais. Dis juste merci et profite.


Liens d'achat :






Box ou broché dédicacé sont disponibles auprès de moi. Envoyez-moi un mail si vous êtes intéressé pour commander le vôtre.



Si vous avez lu et aimé mon roman, n'oubliez pas de le dire en postant un commentaire ici, ou sur le site où vous l'avez acheté.

25 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout